pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra

Méditation

Le mercredi 10 mars 2010

2ème semaine de carême

Mercredi 10 mars :
Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. (Matthieu 5, 17 – 19).

Je sus très heureux après une petite semaine d’arrêt dû à un problème technique de vous partager simplement comment la parole d’aujourd’hui me parle et me travaille.

Nous connaissons la liberté de Jésus au sujet de la loi, et souvent il nous invite a vivre de l’esprit de la loi et non de la lettre, alors pourquoi dans cet évangile Jésus nous invite à nous attacher au plus petit trait de la loi, car : « Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise ».

Dans un fonctionnement efficace, nous nous attachons à l’essentiel en laissant tomber ce qui est moins important; c’est bon pour produire, mais au niveau de l’amour, est ce que cela fonctionne de la même manière ? Car la Loi est là pour que nous nous attachions à Dieu, pour que nous vivions de la Parole de celui qui nous aime, et que cette Parole s’incarne dans notre vie, dans toute notre vie.
Il est vrai qu’il y a une hiérarchie dans les commandements de l’amour, nous ne pouvons pas tout mettre au même niveau, et pourtant si nous faisons le trie c’est souvent pour nous économiser dans notre manière d’aimer, en se disant si je fais l’essentiel, tout sera fait !
Dans notre corps, tous les membres n’ont pas la même importance et pourtant je tiens à chaque membre de mon corps, il est vital que j’ai un coeur ou des poumons, mais je vais me battre pour conserver ce doigt qui est malade. Rien n’est petit quand on aime.
Dans le corps de l’église, chaque membre à une place différente, mais je ne peux pas me passer même du plus petit membres de ce corps car tous sont si précieux aux yeux de l’Époux, le Christ qui donne sa vie pour son église.
Quand je communie, et que je porte dans ma main le corps du Christ, Chaque parcelle est importante quelle soit petite ou grosse, et je vais prendre soin de ce corps : corps de Christ comme j’aurais à prendre soin du corps du Christ dans chacun des plus petits de mes frères et soeurs (cf St Jean Chrisostome).
Jésus nous invite à élargir notre coeur, et à aimer dans les plus petites choses, car pour lui tout est important, il se donne à nous en toute chose.
J’ai un petit exemple à vous partager au sujet de cette expérience de l’amour dans les petites choses, et d’y découvrir combien Dieu se donne à nous.
A l’hôpital, j’ai eut la chance d’avoir beaucoup de visites, et j’en profite pour remercier chacun des frères et soeurs qui sont venu me voir, mais en réalité il y en avait bien plus chaque jour ! Je pense à la question d’une infirmière qui me demandait si j’avais eut des visites aujourd’hui. Je lui ai répondu que j’ai cette chance d’avoir beaucoup de visites, car j’ai la chance de voir presque tous les jours des frères et soeurs qui m’offrent un bon temps de partage, et m’apportent des nouvelles de l’extérieur… mais j’ai aussi beaucoup de visites au cour de la journée, car chaque fois que quelqu’un entre dans ma chambre (infirmière, aide soignante, médecin), c’est une visite, une visite qui m’apporte de la joie et même parfois un bon temps de partage (je suis même un peu trop bavard, et on fait le nettoyage de ma chambre en dernier !, car c’est dangereux de rentrer si on est pressé !) Ces petites visites sont des visites qui remplissent ma journée de rencontre. Quand on pense à la question : « as tu des visites ? » on ne pense qu’aux grandes visites, mais on oublie les petites, notre manière de parler les ignore, est ce que je vais les ignorer dans ma vie, ou au contraire m’y rendre attentif ?
Ce qui surprend le plus le personnel soignant c’est que je ne m’ennuie jamais ! C’est vraiment un cadeau, mais vous vous rendez compte du nombre de visites que j’ai dans cette petite chambre de 9 m carré : les rencontres de tous ceux qui en franchissent le seuil, et quand internet fonctionne ! (les rencontres à travers skype, les émails, facebook, tel…).
N’oublions pas les petites choses :
  • les rencontres qui sont la trame de mes journées quotidiennes, elles sont elles aussi unique et un moyen d’aimer,
  • Les petits passages de la Parole de Dieu, ces quelques mots que le Seigneur m’adresse et qui peuvent nourrir ma journée,
  • Ces moments de prière tout petits mais si important parce que je peux souvent y revenir, et me tourner vers le Seigneur,
  • Ce sourire qui peut illuminer ma journée si je l’accueille,
  • Cette petite parole d’encouragement,
  • Ce geste si délicat que personne n’a remarqué mais qui fait la joie du Seigneur,
Ne nous attachons pas seulement à ce qui est grand car nous allons passer à coté de Jésus qui se fait petit et se donne dans de si petites choses, qui nous montrent que l’amour est souvent dans le détail à l’inverse du monde qui recherche l’efficacité et la grandeur.
Merci
Jean Michel Bernier

Méditation

Le jeudi 4 mars 2010

2ème semaine de carême

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :