Que la vie jaillisse !

Méditation

Le mardi 16 mars 2010

4ème semaine de carême


Après cela, à l’occasion d’une fête des Juifs, Jésus monta à Jérusalem.
Or, à Jérusalem, près de la Porte des Brebis, il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bézatha. Elle a cinq colonnades,
sous lesquelles étaient couchés une foule de malades : aveugles, boiteux et paralysés.

Il y en avait un qui était malade depuis trente-huit ans.
Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Est-ce que tu veux retrouver la santé ? »
Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
Et aussitôt l’homme retrouva la santé. Il prit son brancard : il marchait !Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent à cet homme que Jésus avait guéri : « C’est le sabbat ! Tu n’as pas le droit de porter ton brancard. »
Il leur répliqua : « Celui qui m’a rendu la santé, c’est lui qui m’a dit : ‘Prends ton brancard, et marche !’ »
Ils l’interrogèrent : « Quel est l’homme qui t’a dit : ‘Prends-le, et marche’ ? »
Mais celui qui avait été guéri ne le savait pas ; en effet, Jésus s’était éloigné, car il y avait foule à cet endroit.
Plus tard, Jésus le retrouva dans le Temple et lui dit : « Te voilà en bonne santé. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver pire encore. »
L’homme partit annoncer aux Juifs que c’était Jésus qui lui avait rendu la santé.
Et les Juifs se mirent à poursuivre Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat. (Jean 5, 1 – 16)

Nous découvrons dans cette évangile combien le Seigneur veut nous surprendre…

Nous attentons parfois sa venu dans notre vie (ici attente de la guérison) de manière bien précise, mais le Seigneur vient nous surprendre, il agit comme il veut pour nous montrer que c’est bien lui qui agit.

Le Seigneur dit à l’homme qui était malade depuis 38 ans : « Est-ce que tu veux retrouver la santé ? ». mais cet homme ne pense qu’au moyen qu’il connait : être plongé dans la piscine : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. ». Jésus n’a pas besoin de prendre ce moyen, il le guérit directement : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. ».

Dieu agit et pour nous montrer que c’est bien lui qui agit, il va nous surprendre, nous rejoindre par des chemins qui sont les siens.  Jésus marche sur nos chemin mais pour nous montrer que c’est lui le vrai chemin, pour nous apprendre à le suivre lui.

la source c’est lui, c’est lui qui donne la vie, qui nous restaure, qui nous guérit.

La première lecture est un bon enseignement sur l’oeuvre du Seigneur :

Au cours d’une vision reçue du Seigneur, l’homme qui me guidait me fit revenir à l’entrée du Temple, et voici : sous le seuil du Temple, de l’eau jaillissait en direction de l’orient, puisque la façade du Temple était du côté de l’orient. L’eau descendait du côté droit de la façade du Temple, et passait au sud de l’autel.
L’homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l’extérieur, jusqu’à la porte qui regarde vers l’orient, et là encore l’eau coulait du côté droit.
L’homme s’éloigna vers l’orient, un cordeau à la main, et il mesura une distance de mille coudées ; alors il me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux chevilles.
Il mesura encore mille coudées et me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux genoux. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser : j’en avais jusqu’aux reins.
Il en mesura encore mille : c’était un torrent que je ne pouvais traverser, car l’eau avait grossi, il aurait fallu nager : c’était un fleuve infranchissable.
Alors il me dit : « As-tu vu, fils d’homme ? » Il m’emmena, puis il me ramena au bord du torrent.
Et, au retour, voici qu’il y avait au bord du torrent, de chaque côté, des arbres en grand nombre.
Il me dit : « Cette eau coule vers la région de l’orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux.
En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent.
Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. » ( Ezechiel 47, 1 – 9. 12)

Le vrai temple c’est Jésus nous el savons puisque lui-même nous l’a dit (détuisez ce temple et  en 3 jours je le rebatirai… il parlait de son corps !).
Nous voyons que cette eau grossit de manière étonnante, jusqu’à être un fleuve infranchissable, c’est une image de la grâce de Dieu qui se donne à nous de façon vraiment abondante, très abondante… Parfois nous nous contentons de peu, mais le Seigneur veut vraiment donner beaucoup. C’est comme si il nous préparait un festin et que nous prendrions que quelques petits gateaux… La grande tristesse de Dieu, ce n’est pas d’abord notre péché, car le Seigneur connait ce qu’il y a dans le coeur de l’homme et notre pauvreté, mais ce qui l’attriste le plus, c »est notre manque de désir !
Quand Dieu donne cela porte beaucoup de fruits, il suffit de voir dans cette vision combien les arbres fruitiers sont porductif : ils donnent des fruits nouveaux chaqsue mois !
La nature est dépassé car la grâce de Dieu transforme et multiplie le travail de la nature, comme dans la multiplication des pains, ou les quelques pains deviennent nourriture pour une multitude, ou bien dans l’eucharisite ou le pain qui nourrit le corps devient lieu de communion avec le Christ lui même par la grâce de l’Esprit Saint.
J’attend surement quelque chose de Dieu, mais pour cela suis-je prêt à être déplacer dans la manière dont Dieu va agir, dans la manière dont il va me parler (par qui il va me donner une parole, par quel évènement ?)
Suis-je prêt à me laisse dépasser, comme cette eau qui coule du temple, pour qu’elle donne un fruit abondant ?
Je ne peux pas enfermer Dieu dans une petite réserve, il est source d’eau vive, il jaillit à tout moment, pour m’entrainer à sa suite…
Laissons nous saisir par celui qui veut nous donner la vie, qui veut pour nous plus de vie.
Merci
Jean Michel
« Est-ce que tu veux retrouver la santé ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :