Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ?

Méditation

le samedi 24 avril 2010

3ème semaine du temps Pascal


Jésus avait dit dans la synagogue de Capharnaüm : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. » Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s’écrièrent : « Ce qu’il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l’écouter ! »
Jésus connaissait par lui-même ces récriminations des disciples. Il leur dit : « Cela vous heurte ?
Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant ?…
C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie.
Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui le livrerait.
Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
A partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en allèrent et cessèrent de marcher avec lui.
Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. »  (Jean 6, 60 – 69).


La profession de foi de Pierre est magnifique : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. » ; nous avons tout simplement à nous la rappeler dans les moments de crise, de doute…

« Vers qui pourrions nous aller ? » C’est une bonne question, car il est possible que nous trouvions d’autres chemin que Jésus c’est d’ailleurs ce que font apparemment les disciples qui partent ! Qui est la vrai lumière, ou le vrai chemin ou bien encore le bon berger ? C’est facile de répondre Jésus, mais en réalité, il y a peut-être de la concurrence dans les choix que nous faisons, dans les chemins que nous empruntons !

C’est Jésus qui a les paroles de la vie éternelle. C’est lui qui est la Parole vivante du Père, ces paroles ne sont pas que des mots, c’est la présence de celui qui nous aime et qui ira jusqu’au bout de l’amour.

« Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu ». Il ne suffit pas de savoir que Jésus est le Saint, le Saint de Dieu ; c’est pourquoi Pierre dit en premier : nous croyons, c’est à dire nous nous appuyons sur toi, c’est toi le bon berger. La connaissance ne vient qu’après dans la formule de Pierre, car c’est parce que nous croyons que nous savons ; alors que souvent nous voulons savoir pour croire. Il faut passer par la confiance pour entrer dans la foi (confiance =  avec foi) ; et la foi nous ouvrira le chemin de la vrai connaissance : celle du Christ, connaitre l’amour de Dieu. L’apôtre Pierre ou Paul ont renoncé à tout pour cette rencontre, qui mène à l’alliance…

Merci

Jean Michel Bernier

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :