Appelé par ton nom !

Méditation

le lundi 26 avril 2010

4ème semaine du temps Pascal


Jésus parlait ainsi aux pharisiens : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui entre dans la bergerie sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit.
Celui qui entre par la porte, c’est lui le pasteur, le berger des brebis.
Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir.
Quand il a conduit dehors toutes ses brebis, il marche à leur tête, et elles le suivent, car elles connaissent sa voix.
Jamais elles ne suivront un inconnu, elles s’enfuiront loin de lui, car elles ne reconnaissent pas la voix des inconnus. »
Jésus employa cette parabole en s’adressant aux pharisiens, mais ils ne comprirent pas ce qu’il voulait leur dire.
C’est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis : je suis la porte des brebis.
Ceux qui sont intervenus avant moi sont tous des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés.
Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage.
Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire. Moi je suis venu pour que les hommes aient la vie, pour qu’ils l’aient en abondance. »  (Jean 10, 1 – 10)


Dans ce texte aujourd’hui Jésus va plus loin, il est non seulement le bon berger, mais aussi la porte des brebis.

Il nous faut passer par Jésus, il n’y a pas d’autre chemin pour aller à Dieu, pour aller vers le Père. C’est vraiment lui  qui vient du Père, et c’est lui qui est vraiment homme : la porte qui unit l’homme et Dieu c’est lui.

Souvent nous hésitons à aller vraiment à Dieu car nous pensons qu’en répondant pleinement à l’appel de Dieu, en nous laissant habiter par l’Esprit de Dieu, nous allons perdre un peu de notre liberté de notre humanité ; comme si donner à Dieu allait nous apauvrir au niveau de notre humanité ! En réalité avec Jésus nous découvrons que plus nous irons au Père, plus nous serons pleinement humain. En Jésus nous découvrons que notre humanisation et notre divinisation sont liés.

Jésus nous connait, c’est pour cela qu’il nous respecte infiniment : « Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. Quand il a conduit dehors toutes ses brebis, il marche à leur tête, et elles le suivent, car elles connaissent sa voix. » C’est merveilleux de savoir que Jésus nous connait chacun(e) par notre nom, alors nous pouvons vraiment avoir confiance et nous laisser conduire. Jésus nous fait sortir dehors, nous avons à quitter nos espaces clos, nos jardins étroits, car avec Jésus nous pouvons vraiment aller plus loin.

Jésus nous connais, il nous appelle par notre nom, à nous de reconnaitre sa voix, et de le connaitre lui le bon berger, qui nous emmène plus loin.

Pour reconnaitre la voix de Jésus, il faut nous taire, pas seulement en cessant de parler, mais parfois en cessant d’agir ou du moins de nous agiter, pour entendre celui qui nous aime nous dire son amour, et nous conduire sur des chemins de vie. Sans cette écoute nous restons enfermé dans notre propre volonté, dans nos désirs, nos projets parfois un peu étroit… Avec Jésus nous pouvons sortir de nous même et suivre celui que l’on aime ; mais pour l’aimer encore faut-il vraiment le connaitre, et l’écouter.

Merci

Jean Michel

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :