Méditation

Le dimanche 13  juin  2010

11ème semaine du temps ordinaire


Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table.
Survint une femme de la ville, une pécheresse. Elle avait appris que Jésus mangeait chez le pharisien, et elle apportait un vase précieux plein de parfum.
Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, à ses pieds, et ses larmes mouillaient les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et y versait le parfum.
En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. »
Jésus prit la parole : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. – Parle, Maître. »
Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante.
Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait rembourser, il remit à tous deux leur dette. Lequel des deux l’aimera davantage ? »
Simon répondit : « C’est celui à qui il a remis davantage, il me semble. — Tu as raison », lui dit Jésus.
Il se tourna vers la femme, en disant à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré chez toi, et tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux.
Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis son entrée, elle n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.
Tu ne m’as pas versé de parfum sur la tête ; elle, elle m’a versé un parfum précieux sur les pieds.
Je te le dis : si ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, c’est à cause de son grand amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. »
Puis il s’adressa à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. »
Les invités se dirent : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »
Ensuite Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient,
ainsi que des femmes qu’il avait délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons),
Jeanne, femme de Kouza, l’intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les aidaient de leurs ressources.  (Luc 7, 36 – 50 ; 8, 1 – 3)


La petite histoire que raconte Jésus à Simon le pharisien nous amène à prendre position, sommes nous celui à qui il a été remis 500 pièces d’argent ou bien 50 ?

Sommes nous du coté de ce pharisien qui est plutôt satisfait de lui même, et qui juge les autres (cette femme par exemple…) ou bien cette femme qui reconnait son péché et qui vient pleurer sur les pieds de Jésus ?

Avons du mal à nous abaisser devant l’autre pour le mettre à l’honneur comme Simon qui accueille Jésus sans lui verser d’eau sur les pieds, ou qui ne l’embrasse pas et ne lui verse pas de parfum sur la tête (ce qui se fait à cette époque) ? Ou au contraire sommes nous prêt à nous faire petit devant l’autre pour le mettre à l’honneur sans avoir peu du regard des autres ?

Choisissons bien notre camp, car d’un coté il y a de la suffisance et peu amour, et de l’autre de l’humilité, de la joie et de la miséricorde.

Choisir en théorie n’est pas le plus difficile, car tout bon chrétien rêve d’être humble et d’aimer comme Jésus, mais pour le vivre vraiment, il nous faut l’Esprit Saint à chaque instant !

Merci

Jean Michel BERNIER

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “”

  1. Marie Roy Says:

    Ce que tu écris là me rejoint bien aujourd’hui.
    Cela fait écho à ce qu’un prêtre avait dit à un mariage : à chaque instant il faut choisir la perfection et l’amour, non pas l’un sans l’autre et rien sans l’Esprit Saint.
    Et un second écho au paroles d’un ami en souffrance : « ne prie pas pour que je n’ai plus mal, mais pour que je suive et aime de plus en plus le Seigneur avec la grâce de l’Esprit Saint. »
    bref un très beau programme qu’il n’est guère évident de suivre au quotidien. Car il y a toujours des chutes… mais aussi toujours la main présente pour relever et la grâce.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :