Aimez vos ennemis

Méditation

Le mardi 15  juin  2010

11ème semaine du temps ordinaire


Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait: « Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.
Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,
afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »  (Matthieu 5, 43 – 48).


L’amour des ennemis, facile à dire mais à faire !

Et puis Jésus c’est le Fils du Père, alors pour lui c’est surement plus facile d’être parfait comme le Père céleste est parfait.

Tout cela est vrai, mais si nous voulons en vérité prier le Notre Père, nous réalisons que nous sommes nous aussi les fils et filles du Père. Ce que Jésus est par nature nous le sommes par adoption, d’ailleurs n’avons nous pas reçu l’Esprit Saint, l’Esprit du Père, celui qui agit dans le Fils unique, l’Esprit d’Amour qui vient tout droit de la sainte Trinité !

Alors devant ce que dit Jésus nous pouvons avoir 4 attitudes :

La première attitude serait tout simplement de refuser, en se disant que là vraiment Jésus exagère, il ne peut pas nous demander d’aller jusque là ! Cette attitude ne tient absolument pas compte du don de Dieu, du fait que le Père nous donne son Esprit Saint pour que nous soyons vraiment ses enfants. C’est d’une certaine manière refuser notre vocation, notre appel depuis le baptême, un appel auquel nous avons normalement dit oui lors de notre confirmation ou bien plus tard en donnant notre oui, notre vie au Seigneur.

La 2ème attitude est celle de l’acceptation, avec un certain enthousiasme, car nous nous savons rempli du Saint Esprit, et avec générosité nous allons pardonner et nous donner aux autres, ou bien nous croyons que nous pardonnons et que nous nous donnons, nous sommes comme dans l’illusion qu’avec nos propres forces nous allons pouvoir ressembler au Christ et donner notre vie, un peu comme Pierre qui dit à Jésus avant la passion « Seigneur, même si tous t’abandonnent, moi je donnerai ma vie pour toi ». C’est ce que l’on peut appeler l’illusion !  On se croit fort en s’appuyant sur nous même !

La 3ème attitude est celle de l’acceptation, mais sans vraiment y croire, une acceptation qui dit : « oui Seigneur je ferai tout ce que je pourrai, mais comme je me connais, je n’irai pas bien loin ! », c’est plutôt l’attitude de Pierre après le reniement quand il sait qu’il ne peut pas donner sa vie comme le Christ. Une acceptation qui se contente de peu, qui rend assez humain cet appel à la sainteté que Dieu nous fait. Je vais essayer d’être meilleurs, et en faisant un effort je serai peut-être un peu mieux que les autres ! Nous sommes en pleine désillusion !

La 4ème attitude est celle ou je reconnais ma pauvreté, et où je dis Seigneur « je n’en suis pas capable, c’est vraiment impossible pour moi, de ce coté il n’y a rien à faire mais si toi à travers l’Esprit Saint tu veux en moi faire des merveilles alors va-y ! ». Cette 4ème attitude est celle des saints, elle et celle de Pierre après son reniement qui entend Jésus lui dire suis-moi, tu recevras une force d’en Haut, l’Esprit Saint. Cette attitude est celle des disciples après la Pentecôte qui n’ont plus peur parce qu’ils s’appuient sur le Christ et non sur eux-même. C’est l’attitude de ceux qui savent que sans le  Christ ils ne peuvent rien faire ! (Jésus nous l’avait dit mais nous avons tant de mal à le croire !). C’est l’humble acceptation de l’œuvre de Dieu en moi.

Avant de se poser la question du pardon, cette mission impossible pour l’homme mais possible à Dieu puisque c’est vraiment son œuvre de pardonner, (il nous l’a montré) ; il est peut être bon de me demander où j’en suis dans le oui que j’ai à dire à ma vocation de fils et fille de Dieu, à ma vocation à être comme mon Père du ciel.

Si ne suis pas dans la 4ème attitude, je n’ai pas beaucoup de chance de pouvoir pardonner comme Jésus, d’être comme le Fils Bien Aimé. Pour cela il me faut passer par les étapes précédent et faire l’expérience comme Pierre et les autres saints que seul Dieu est Saint, seul lui est source de pardon et d’un vrai don.

Il n’y a pas d’autre chemin que de s’abandonner activement, c’est à dire choisir pleinement l’œuvre du Christ en moi, pour qu’a travers moi le Christ puisse pardonner et agir afin de monter au monde le Visage de Dieu, mais aussi me permettre de trouver un vrai chemin de paix pour moi et pour le monde.

Merci

Jean Michel  BERNIER

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :